16 mai 2019 Andre 0Comment

Avec ses paysages expansifs et sa vie animale formidable, le deuxième plus grand continent du monde est sans doute le meilleur endroit pour les touristes qui aiment photographier et garder des souvenirs impérissables.

En séjournant dans ces différents lieux de magie naturelle, vous aurez le sentiment d’être dans un endroit qui n’a pas changé depuis des siècles et parfois même des millénaires.

DJmaa el Fna au Maroc

Considéré comme la place publique la plus excitante du monde, le quartier d’DJmaa al Fna vous rappelle que vous êtes en Afrique. Situé au cœur de la vieille ville de Marrackech, DJmaa al Fna est le lieu de rencontre des charmeurs de serpents, des peintres au henné, des conteurs et des vendeurs de jus d’orange naturelle. On assiste à un défilé d’étals en tout genre. Au fur et à mesure que la nuit tombe, les vendeurs sont accompagnés par des tambours tribaux, des danseurs de marguerites et des restaurateurs mobiles vendant de délicieuses viandes grillées, du pain et de la salade alors que la fumé s’élève au-dessus de leurs étals jusqu’à minuit.

Le Parc national du plateau de Nyika au Malawi

Nyika, le plus grand parc du Malawi, est l’un des plus insolites d’Afrique avec un plateau coupé par de nombreux fleuves qui atteignent le lac Malawi au moyen de cascades. La frontière orientale du plateau forme le mur de la grande vallée du Rift. Les grands dômes de collines ont des pentes douces que l’on peut parcourir à VTT, dans une Jeep, ou en faisant du trekking. L’antilope et le zèbre abondent dans le parc. De plus, il possède l’une des plus fortes densités de léopard en Afrique Centrale.

Les chutes Victoria en Zambie et au Zimbabwe

L’un des spectacles d’eau les plus majestueux au monde, les chutes Victoria, aurait d’abord été vu par un Européen, en la personne de l’Écossais David Livingstone en 1855. Depuis lors, des milliers de personnes peuvent apprécier la pulvérisation de la cascade de 108 mètres de haut, qui a déjà été enregistrée avec un débit volumétrique de 12 800 m3/s, soit le double de ce que l’on peut observer sur les chutes du Niagara.